CHAPITRE PREMIER : LES RENCONTRES

 

                                                                         1

 

                                    

 

                                     Alors qu’ils aient eu à déménager à nouveau pour une petite ville dans le cadre professionnel du père Rotin ;  La famille Anderson s’installa dans une charmante cité où toutes les maisons ont pratiquement la même configuration dotées d’une entrée sécurisée tel un quartier bourgeois. Ils arrivèrent sur les lieux , constatèrent que les déménageurs avaient déjà apporter leur mobilier alors ils se mirent au travail pour rapidement aménager . La mère Anastasie tourna le regard vers sa fille Vieira et vit qu’elle était captivé par son téléphone , elle lui demanda poliment :

 

-S’il te plait peux-tu laisser ton téléphone pour une heure et venir nous  aider nous tes pauvres parents à décharger ces cartons qui t’appartiennent aussi .

 

Elle répliqua

 

–Oui , désolé j’arrive toute de suite .

 

Et tous ensemble se mirent au travail . Vieira est une jeune fille âgée de 15 ans de nature solitaire sans antécédent d’amitiés au vue de leurs nombreux déménagements donc elle n’avait aucun remords de s’installer à nouveau dans une nouvelle ville .  L’installation continua et dura trois jours successifs la petite fille n’en pouvait plus , elle alla se cacher au  grenier , les écouteurs aux oreilles suivit la musique et finit par s’endormir . Anastasie la cherchait pendant des heures finit par  la retrouver et constatait qu’elle c’était endormit ,  passa sans faire de bruit .

 

                  La rentrée scolaire de Vieira approcha et ses fournitures n’avaient pas encore été achetées ; à la veille sa maman et elle décidèrent de se rendre au supermarché pour y remédier . Arrivée pendant qu’elle fouillait dans le rayon cahier  ce qui pouvait convenir à sa fille , elle  fit la rencontre de ses nouvelles voisines « enchantées disaient –elles » .  vieira s’éclipsa , laissant sa mère avec ses nouvelles connaissances et continua à faire les courses . Dans un des rayons elle interpella un rayonniste à la recherche d’un livre qu’elle avait du mal à trouver , il lui indiqua où ça se trouve ensuite elle le remercia et en voulant s’en aller elle heurta le pied d’une jeune fille ; affoler présenta des excuses de façon anodine :

 

-Ho la la !!!  je suis vraiment désolé , j’étais tellement pressé que je n’ai pas prêté attention à ce qu’il avait devant moi.

 

-T’inquiète ce n’est rien j’ai l’habitude d’être invisible de toutes les façons.

 

elle profita par la suite pour se présenter   

 

-Moi c’est Vieira Anderson et toi ?

 

-Tu dis toujours ton nom à la fin dit -elle en riant . Moi c’est juste Glycane ; c’est donc vous qui venez d’aménager.

 

-Oui , je vois que les nouvelles vont vite par ici

 

-Ouais c’est une petite ville . bon ravi d’avoir fait ta connaissance je dois te laisser on se dit à bientôt

 

-Encore désolé pour le petit incident , moi aussi je dois y aller à toute .

 

Glycane fit un signe d’au revoir en se dirigeant vers la sortie et vieira alla chercher son livre . Anastasie quant à elle cherchait désespéramment le moyen de fuir ce groupe de bonnes femmes à potin ; alors , dès qu’elle aperçut de loin sa fille , elle lui fit un signe de la tête de venir à son secours et vieira secoua la tête pour exprimer « non » ensuite sa maman s’exclama :

 

-HA !!!  Vieira tu es donc là et moi qui croyait t’avoir perdu de vue heureusement que tu n’es plus une petite fille dit –elle avec un sourire forcé ; puis elle ajouta mesdames je crois que ce fut une belle croisade mais je dois y aller .

 

Anastasie voulut se retourner pour rejoindre sa fille et partir  lorsque l’une d’entre elles ajouta

 

-Attendez ma chère , chaque samedi on se réunit chez une voisine pour jouer du poker faites-nous plaisir de votre présence.  

 

-D’accord je verrai cela avec mon mari sur ce mesdames je vous souhaite une bonne soirée.

 

Elles rebroussèrent chemin pour la maison , au début dans la voiture c’était le silence ensuite Anastasie lui dit :

 

-Je t’ai aperçu causer avec une jeune blonde qui était-ce ?

 

-Cette jeune blonde mince élancée avec des tâches de rousseurs au visage et des mains super jolie que j’ai heurté sans faire exprès comme tu dis s’appelle Glycane

 

-Waouh quel prénom original ses parents doivent être biochimiste ou quelque chose du genre et toi tu as remarqué tous ces points en un seul coup d’œil tu tiens ça de ton père.

 

Vieira se mit à rire et sa mère enchaîna en éclatant de rire.

 

-Et toutes ses dames ce sont nos voisines ?

 

-Oui malheureusement elles sont d’une attention on dirait qu’elles prennent garde à vos moindres faits et gestes  répliqua sa mère .

 

Arrivée à la maison Anastasie se mit au fourneau tandis que Vieira alla apprêter ses bouquins , vêtements et tout ce qui a trait à l’école . cette jeune fille était une passionnée de stylisme donc l’accoutrement était son forte . d’une forte voix Anastasie cria « A TABLE « 

 

Le diner servit  , chacun Prit place autour de la table , ils firent une courte Prière avant de commencer à déguster . Quelques minutes après Rotin  introduisit

 

-Vos journées comment elles ont été ? Il  écouta par la suite ses deux femmes  lui contées leur journée pleine de surprises . puis il demanda à sa fille tes affaires sont rangées pour demain ?

 

-Oui papa aucune inquiétude

 

- D’accord ça me rassure et toi ma chérie tu as du nouveau pour les entretiens ?

 

-Non , je suis toujours en attente de coup de fils  répondit-elle d’un ton attristé

 

Ils continuèrent à déguster le repas dans une tendre atmosphère pleine de joie ; à la fin de ce somptueux diner chacun quitta la table tandis que Vieira débarrassa les assiettes , Anastasie faisait la plonge et Rotin se chargea de verrouiller les portes puis ils se réunirent au salon pour faire une prière avant d’aller se coucher .

 

                                                             

 

                                                                                   2

 

                                  C’était un grand jour pour Vieira  , dans sa nouvelle école pas comme les anciennes où ils y avaient du monde , celle-ci était plutôt calme avec moins d’élèves vue qu’il se trouvait dans une ville reculée .

 

A son réveil , après avoir pris sa douche elle se vêtit d’une jolie robe  rose qui laissait ses longues jambes frêles  à la vue du soleil ; sa coiffure fit pas sa mère mettait en avant son jolie petit visage aux yeux marrons , un nez pointu , une bouche rose et finit par porter ses baskets blanches qu’elle ait eu à nettoyer la veille . Le petit  déjeuner prit , elle dit au revoir à ses parents et se rendit à son établissement à pied car il se trouvait  au coin de la rue . Sur son chemin , elle croisa Glycane vêtit d’un simple pantalon , d’un sweat-shirt et d’une basket moins remarquant que pour vieira ; elles continuèrent le chemin ensemble et firent d’ample connaissance .

 

Arrivée au lycée , les deux jeunes furent surprise  d’être dans la même salle de classe , s’assirent ensemble et commencèrent à se nouer d’amitié . Toute la journée elles la passèrent ensemble et firent connaissance avec d’autres camarades qui leurs présentèrent les différents groupes du lycée et la conduite à tenir devant ces groupes .

 

A la fin de sa première journée d’école qui a été riche en découverte , elle s’empressa de vite rentrer pour faire part de cela à sa mère mais visiblement n’y était pas ni son père d’ailleurs . Suite à un gargouillement au ventre  elle se précipita dans la cuisine et se réchauffa à manger . Les heures passèrent et toujours aucun signe de ses deux parents elle commença par s’inquiéter , essaya de les joindre par téléphone mais en vain se disant qu’il pouvait être en réunion ;  pour finir elle s’endormit sur le canapé jusqu’au retour de ces derniers . Lorsque finalement ils furent de retour , ils constatèrent que les lumières étaient toutes  éteintes , soucieux de pas savoir si leur fille était à la maison , ils s’empressèrent à l’intérieur aperçu la silhouette de vieira sur le canapé . Rotin s’approcha tout doucement pendant que  Anastasie alla dans la chambre sur la plante de pied ; il la baisa sur le front et la recouvrit d’une couette au même moment madame prépara un bain en amoureux après leur rude journée .

 

 Vieira sursauta des heures après et s’aperçu que  ses parents étaient de retour , malheureuse de ne pas avoir pu raconter sa journée  , elle alla se coucher dans sa chambre  avec un cœur lourd .

 

CHAPITRE DEUXIÈME : LA DÉCOUVERTE

                                                                         1

                   

                                   Sept mois passèrent , installation faites , ce pendant la Famille Anderson semblait ne pas  vraiment intégrer  leur nouvelle vie malgré le bon voisinage et cette ville calme qui s’offrirent à eux ; ils avaient  du mal à réellement accepter ces personnes superficielles  ayant des personnalités très contraintes à leur vie .

Chaque week-end , ils avaient coutume de rester à la maison , profiter de la fraicheur que leurs plantes prodiguaient et du silence de leur charmante cité  jusqu’à ce que soudain Glycane sonna à leur porte , Anastasie sursauta la première tandis que Rotin se retourna sur le lit en marmonnant « Non ! pas maintenant »

-J’arrive !! dit Anastasie d’un ton grave et marmonna , qui peut bien venir sonner à cette heure ?

-C’est Glycane !  Madame Anderson  s’il vous plaît ouvrez !!

-Oui du calme j’ouvre , j’ouvre !

Dès que la porte s’ouvrit Glycane s’effondra en larme sur l’épaule d’Anastasie , à cet instant elle ne comprit pas ce qui se passait , elle attira la petite dans la maison , Rotin entendit Les bruits se leva et les rejoignit au salon  .

-Qu’est ce qui se passe Glycane calme toi et parle-moi s’il te plait calme toi ma petite dit Anastasie tout choqué par l’évènement

 Quelques minutes après Glycane cessa de pleurer , reprit ses esprits et essaya de se calmer pour pouvoir expliquer la situation . Vieira finit par se réveiller suite au vacarme que créât son amie , mais ne se doutait pas que cela puisse être elle ; au salon elle vit Glycane les yeux larmoyantes se précipita dans ses bras avec le cœur chagriné et demanda

-Ma vieille qu’est-ce qui t’arrive ?

-Désolé de vous avoir déranger aussitôt

-Non voyons ce n’est pas grave Glycane tu ne nous dérange pas tu sais très bien que tu seras toujours la bienvenue chez nous ajouta rotin en caressant sa main pour la soutenir

-Nous sommes prêt à t’écouter qu’est-ce qu’il ne va pas ma petite ? demanda Anastasie

Glycane  bu de l’eau ensuite souffla un coup et enfin elle se mit à raconter l’horreur qui l’ait conduit ici

-Voilà vieira tu te souviens , l’été dernier j’avais eu à te parler d’un monsieur d’allure farouche avec des vêtements délabrés qui rôdait toute l’après-midi autour de chez nous et à chaque fois que mes parents tentaient de l’interpeller il prenait tout le temps la fuite .

Vieira acquiesça  puis d’une voix sanglotant elle poursuivit en disant je l’ai retrouvé mort dans notre cabane où on a l’habitude de jouer les filles et moi ho !!!Que c’était affreux vieira c’était vraiment épouvantable  les murs étaient tapissé de son sang j’ai crié de toutes mes forces et ne sachant pas quoi faire j’ai accouru jusqu’à chez vous .puis elle se remit à pleurer.

- calme-toi Glycane où sont tes parents ? Et L’ambulance tu as appelé ? Aucun voisin n’est sorti ? demanda rotin et Anastasie au même moment

Elle secoua la tête pour dire « non » et ajouta qu’elle n’a pas pensé à ça , que ses parents sont allés pour un jour à BEAT LINTON pour son travail donc elle était resté toute seule cette nuit et ils doivent normalement rentrer demain matin .

-HO MON DIEU !!! S’exclama Vieira pourquoi tu n’es pas venu rester ici ?

-Je ne voulais pas être de trop en plus je me sentait responsable .

Les parents , bouleversés par ce qu’ils venaient d’entendre et se demandèrent comment ils pouvaient faire face à une telle situation . Anastasie devint toute froide mais le cacha pour calmer Glycane avec l’aide de vieira .

 

                                                                                   2

                                          Ce  jour-là , Rotin avait prévu de se reposer après une longue semaine de travail et de rester auprès de sa famille ; Anastasie avait prévu de faire un barbecue en famille car cela faisait longtemps qu’ils ne s’étaient réuni pour partager un repas et vieira devait juste faire ses devoirs  .  Voilà donc cette famille avec des projets diverses qui se vit contraint de les abandonner suite à cette évènement tragique .

               Rotin alerta la police qui s’empressa par la suite de se rendre sur les lieux de l’accident et une autre unité se dirigea chez les Anderson ; entre temps les deux petites filles allèrent dans la chambre pour s’assoupir . C’est alors qu’Anastasie toute pâle se remit à paniquer et se posa des questions si c’est un meurtre ?ou un accident ? Est ce qu’ils sont en sécurité dans cette cité ? Son mari constata que son épouse était préoccupée et très soucieuse , il s’approcha la prit dans ses bras et lui fit un gros câlin pour l’apaiser ; mais ce fut insuffisant à la calmer elle se retira de ses  bras et alla s’asseoir dehors le temps que les flics finirent leurs interrogatoires .

-Merci monsieur  Anderson de m’avoir consacré un peu de votre temps dit le sergent qui était chargé de l’enquête .

-C’est le moins qu’on puisse faire Sergent , si vous avez d’autres questions sachez que nous sommes à votre disposition et la petite Glycane restera dormir ici jusqu’au retour de ses parents on les a déjà  prévenu mais n’emprunteront que le chemin demain . répondit Rotin

-D’accord vous avez pris une très sage initiative néanmoins j’aurai besoin d’interroger Glycane dès qu’elle sera remis du choc . merci

-vous êtes le bienvenu

C’était la première fois qu’un tel sinistre incident se produisit dans cette ville ; tout le voisinage était alarmé par la terrible nouvelle ; activez ! par la curiosité ils se rendirent les uns après les autres chez la famille Anderson pour  en savoir plus sur l’accident comme s’ils avaient dormit au lieu du crime et chacun exposait sa théorie vis-à-vis de la mort ; certaines disaient qu’il pouvait avoir été empoissonné , d’autres soutenaient la thèse d’un suicide comme quoi il n’en pouvait plus de sa misérable vie et par-dessus tout certains se mirent à affirmer que c’est un début de purge . c’est à la fin que la plus grande commère du voisinage madame Soutte se rendit chez eux , celle chez qui les informations passèrent d’abord avant d’être publiées dans un journal ; était à sa grande surprise pas au courant d’un homme tué à quelques mètres de chez elle .

Devant la porte sonna , tout d’un coup Rotin ouvrit et s’exclama :

-HA !!! Tient donc Madame Soutte pourquoi ne suis-je pas surpris de vous voir.

Avec un faux sourire plaqué sur ses lèvres comme un dessin elle répondit sans tenir compte de cette subtile remarque :

-Bonjour Rotin , alors qu’il y’a eu meurtre derrière chez vous ? dit-elle d’un ton ironique

-Non très chère il ne s’agit guère d’un meurtre dans notre jardin mais plutôt d’un homme retrouvé mort tout près de chez vous plus précisément chez la famille Canvenlier et dont on ne connait la cause .

-C’est que j’ai dû me tromper d’information répliqua-t-elle avec une mine abasourdit  .

-Qui aurait cru que vous prononceriez ce mot un jour « tromper » comme quoi nul n’est parfait ajouta-t-il en allant chercher son épouse ; Anastasie ta fidèle amie madame Soutte est là .

Anastasie rejoignit madame Soutte au salon , tandis que dans la chambre les deux  fillettes couchées ne cessèrent de songer à cet accident ; pour essayer de changer d’ambiance , Vieira se souvint d’une chose hilarante qui l’était arrivée en semaine et tenta de partager ça avec elle et dit :

-Devine un peu qui m’a écrit hier

-Désolé mais je ne suis pas en état de réfléchir là

-C’est pas grave dans ton état je peux comprendre que ta cervelle cesse de fonctionner ensuite elle fit une grimace qui fit rigoler Glycane . Elle ajouta c’est un sourire que je vois sur ce visage ; puis éclatèrent toutes deux de rire

-Alors dit moi qui t’a écrit ?

-Cliver !

-Sérieux cette petite peste t’a écrit !! Et qu’est-ce qu’elle te voulait ?

-Arrête ! C’était plutôt généreux de sa part de nous inviter à sa soirée le samedi prochain ; continua dans un autre ton : en plus avec ce qui vient de se produire je doute fort que tu aurais envie de t’amuser mais voit les choses d’un autre angle ça nous changera les idées .

Glycane resta silencieuse pendant un instant sans donner de réponse elle était plongée dans ses pensées ; vieira redit à deux prises d’une voix forte alors qu’est que tu en dis Glycane Glycane hé ho ici la terre

-Oui répondit brusquement glycane ne sachant pas pourquoi elle le dit .

-Oui ? Es-tu sur ? Okay je passerai te chercher à 16h .

-16h pour aller où ?

-Je viens de te parler de la soirée à cliver ça te changera les idées ; Allez elle fit un regard de chien abattue et puis Glycane acquiesça .

 

                                                                                3

 

                                      Madame Soutte doté d’une certaine intuition ne croyait pas à l’hypothèse d’un simple accident , elle exposa sa théorie à son tour et fit allusion à un meurtre et que désormais ils ne sont plus en sécurité dans cette cité . accablé par ces propos , Anastasie en avait par-dessus des théories de ses voisins qui étaient pire les unes les autres ; elle fit comprendre tout gentiment à madame Soutte qu’il faut qu’elle se repose car elle avait eu une longue et terrible journée ; cette dernière arrêta de parler , la remercia de son hospitalité et conseilla de garder l’œil  ouvert car peut être un meurtrier rôde dans les environs .

Les ruelles se vidèrent car la tombée de la nuit était à l’horizon chacun rentra chez lui avec pleines de questions à l’esprit qui restaient en suspens mais ils s’étaient fait leur propre idée de cette tragédie et la peur commença à gagner les cœurs de ces âmes sensibles parce que c’était une réelle tuerie dans cette petite ville remplit de charme et sécuriser .

 Ils se réunirent au salon comme chaque soir pour faire une Prière et se dirent bonne nuit ; mais Anastasie resta assise sur le canapé toujours préoccupé ; mais là une question suscita son attention « pourquoi nous ? Elle aurait pu aller chez ses voisins pourquoi nous ? » , croisa le regard de son mari qui la fixa et il lui dit parle-moi

-Pourquoi nous rotin ? Alors que madame Soutte est leur plus proche voisine répliqua Anastasie

-Certainement parce qu’elle nous fait beaucoup plus confiance qu’à l’allure de cette bonne femme  toi-même tu sais comment elle peut être mystérieuse

-Tu dois avoir raison chérie , allons-nous coucher j’en ai assez de cette journée .

Glycane et Vieira s’endormirent sans difficulté mais elles étaient loin d’imaginer ce qui les attendaient les jours avenir ni même les habitants de cette cité  . C’est dans cette horreur que s’acheva le week-end des citoyens de TCHEUMENVILLE .

 

TROISIÈME CHAPITRE : LES SURPRISES

                                                                       1

                       Les semaines passèrent , le mystère de l’assassinat du clochard restait non résolue , et ceci n’heurta pas les habitants DE TECHEUMENVILLE qui se comportaient comme si aucun incident ne c’était produit , d’ailleurs même la police n’en parlait plus par manque d’indices .

Cette ville au charme trompeur regorgeait de secrets dont la plus part ignorait . Ces habitants reflétaient une représentation parfaite d’un cliché de familles modernes des temps anciens tiré des bouquins . Chacun d’eux s’accoutumèrent à la situation sans toutefois se soucier du danger qui rodait aux environs . Dans la stupéfaction et l’incompréhensibilité de ce comportement , LA FAMILLE ANDERSON aux cœurs alourdis suite aux récents évènements on finit par malheureusement se joindre à la cadence du troupeau .

Une Grande Festivité se préparait pour Ces jeunes adolescents de TCHEUENVILLE car après avoir passés des semaines sinistres , la joie se pointa à l’horizon . Chaque année l’unique Lycée de cette ville organisait un BAL DE PRINTEMPS ce qui permettait aux jeunes non seulement de se détendre mais aussi d’être accompagnés par un Garçons/Filles pour être mieux vue.

Cependant , Glycane et Vieira ne voulaient guère participer car ne s’étaient pas fait inviter par un de leurs camarades , refusèrent de s’imaginer d’être le sujet à potin de tout le lycée pour finir dans toute la ville . Sur le chemin du retour après une longue journée d’école les deux filles se racontèrent leur journée , les diverses activités auxquelles elles contribuèrent au lycée et pour finir s’échangèrent les dernières nouvelles les plus répandues au bahut .

Sachant qu’elles ne devaient pas se rendre au Bal , alors une pensée traversa l’esprit de Glycane qui proposa à vieira :

-Et si pour cette soirée on fuguait ? Pour ne pas devoir supporter les visages tristes de nos parents et éviter les commérages de la ville .

Vieira sans se douter du sérieux de sa copine , rit aux éclats puis répliqua

-Oui ! Je vois on fugue ensuite on part espionner les gens au Bal pour plaisanter ?

-Non ! que Tu es Naïve dès fois ! on fugue , on marche jusqu’à pas d’heures , on explore les environs . Sais-tu qu’ils y’a des personnes tout à fait normaux de l’autre côté de cette ruée ?

-Mais tu n’es pas sérieuse Glycane ! dit-elle d’un ton ébahi

Glycane s’approcha d’elle posa sa main sur son épaule tout en continuant de marcher ensuite rétorqua

-Si vieira je suis très sérieuse ! En plus l’idée n’est pas dénuée de sens voyant notre situation on ressemble à de pauvres jeunes filles qui ne connaitront jamais le bonheur de participer à ces « Bals stupides » .en plus on s’amusera comme des folles personnes pour nous surveiller et nous dire comment se tenir ALLEZ !

-C’est vrai , je ne suis jamais allée à l’un de ces « Bals stupides » mais faut croire que je suis de celles qui aimerait se faire inviter pour une fois à ce genre de stupidité . Pas toi ?

-Non . Mais si c’est ton dernier mot reste plus qu’à te trouver un vrai gentleman . dit-elle d’un air sournois

Elles approchèrent de leur destination distincte , continuèrent de rire , discuter ; Vieira perdu dans ses pensées songeait réellement à se rendre au bal et ignorait la proposition délirante de son amie.

Arrivé à destination , Glycane aperçu ses parents à travers une fenêtre qui donne directement dans leur salon se disputer sur un sujet dont elle n’avait pas connaissance. La voyant arriver ils baissèrent d’un ton , elle entra , se précipita dans sa chambre pour éviter toute discussion car était peu communicative à leur égard . Son père monta et frappa à sa porte « puis-je entrer ? »  , elle répliqua « -ai-je le choix ? » ,Il entra en marmonna « non tu n’as pas le choix »

Sans attendre qu’il ne dise un mot elle commença par introduire

-Je sais que m’adopter fut une déception pour vous mais vous savoir à mes côtés a été une très grande joie

-Nous aussi nous sommes heureux de t’avoir auprès de nous et sache que t’adopter n’a jamais été une erreur c’est une Bénédiction mais faudrait que tu fournisses des efforts pour nous parler. On sera toujours là pour toi.

Il continua avec un autre ton soucieux « depuis le meurtre , désolé je voulais dire l’incident de cette personne tu as recommencé à te replier sur toi –même et nos cœurs en souffrent sache que nous sommes là pour t’écouter peu importe le problème on t’apportera notre soutien ».

Il se dirigea lentement vers la sortie , en espérant qu’elle s’ouvre à lui mais c’était sans succès alors il sorti et referma la porte derrière lui .

La jeune fille s’affala sur son lit et fixa le mur d’un regard vide  ; elle fit un retour en arrière dans son enfance marqué par la perte brusque de sa famille qui l’avait abandonné sur le perron d’un orphelinat puis a été balloté de famille en famille , ensuite surgit ses troubles psychotiques qui ne plaidait pas en sa faveur, elle était sur médication et fini par être addict chose que ses parents adoptifs méconnaissent ni même son entourage à l’occurrence vieira .

Quelques temps après elle se sentit sous pression , voulu prendre ses calmants , constata que celle-ci est finit .elle s’échappa par la fenêtre de sa chambre qui donne directement sur le jardin afin que personne ne puisse la voir pour se rendre à la pharmacie munit d’une fausse ordonnance cachée dans la poche de son jeans au même moment sa mère cria « le diner sera servi dans quelques minutes peux-tu descendre m’aider à dresser la table ? » , la jeune fille n’étant plus présente sa mère n’entendit aucune réponse retourna au fourneau .

Par ailleurs leur plus proche voisine Madame Soutte aperçu la silhouette de Glycane en train de s’échapper de chez elle . cette vieille Dame , veuve réputée par son grand sens de la communication et qui était constamment à jour sur les informations avant qu’elles ne parviennent au journal ; Lorsqu’elle vit Glycane poser cet acte se leva de son fauteuil de coutume placé du côté de la grande vitrine de son salon et marmonna « tient donc où va-t-elle d’un air aussi effrayé » . elle a toujours eu des soupçons à son égard et doutait des origines de celle-ci.

 

                                                                              2

                                  La Date du Bal approcha , les ruelles du centre-ville étaient bondées de jeunes lycéennes à la recherche d’une sensationnelle robe de soirée . Par contre les garçons n’avaient pas trop ce tracas mais décidèrent de s’y rendre pour charrier les passagers et chercher les filles qu’ils pourraient inviter à ce Fameux Jour .

Anastasie avait été embauchée dans un cabinet d’avocat qui se situait en plein centre-ville où elle occupait le poste de secrétaire . elle se mit à contempler ses voisines au travers des vitres du bureau qui passaient avec leurs filles pour aller faire les magasins à l’occasion de cette soirée , ça la rendit pensive à tel point qu’elle perdit la notion du temps , entretemps sa patronne sortit pour se procurer une tasse de thé et s’aperçut que sa subalterne était perdue dans ses pensées , elle claqua les doigts à trois reprises et dit :

-Ici la terre vous allez bien ?

-Désolé madame juste que (...)

Elle l’interrompit en répliquant d’une voix autoritaire « vos problèmes familiaux ne me concerne point vous êtes là pour travailler et non pour rêver »

-D’accord madame désolé

-c’est ça ! retourner donc à vos paperasses

Anastasie reprit son travail , songea qu’elle va devoir avoir une sérieuse discussion avec sa fille car ne comprenait toujours pas la raison de son refus de s’y rendre au bal .

La nuit tomba , la ville se vida , madame Anderson s’empressa de regagner son domicile conjugale car avait hâte d’exposer ses nombreuses idées de robes à sa jeune fille . Rotin arriva à la maison prit une douche ensuite essaya d’appeler vieira mais celle-ci était abasourdi par la musique jouée dans sa chambre ; Il se dirigea vers la porte de vieira , frappa à maintes reprises et finit par brusquement entrer dans sa chambre . Lorsqu’il vit qu’elle sautillait sur son lit tel une sauterelle il sourit car ça faisait un bout de temps qu’il n’avait pas vu sa fille aussi joyeuse , resta quelque minutes à l’entrée pour observer son petit déhancher puis baissa le volume de la musique . C’est à ce moment qu’elle sut que son père était depuis entrain de l’observer elle hurla de joie tout en bondissant sur lui « papa ! Tu es là depuis quand ?»

-Juste le temps qui fallait pour voir comment ma petite fille à grandir

-J’étais ridicule c’est ça dit-elle

Il acquiesça tout en rigolant ensuite rétorqua « ta maman aura un peu de retard ce soir donc c’est moi qui vais faire le diner » Elle sourit en disant « c’est mieux qu’on passe la commande », « excellent choix » dit-il

Les deux se rendirent à la cuisine , Rotin commanda chinois tandis-que Vieira dressa la table pour le diner le temps de l’arrivée de Anastasie

Quelques minutes après on frappa à la porte , Vieira se précipita croyant que c’était le livreur et demanda « qui est-ce s’il vous plait ? » , d’une voie émoustillée Anastasie répondit « c’est ta mère ! » , Elle ouvrit la porte fit un câlin à sa mère puis dit « tu arrives juste à temps pour le diner »

-Attendez moi je prends rapidement une douche je vous rejoins

Son mari répliqua « ne te presse pas chérie il n’est pas encore arrivé » puis il ajouta «qu’est-ce qu’il fait d’ailleurs on se meurt de faim par ici » , vieira fit une moue puis s’affala en posant sa tête sur les cuisses de son père . Le diner arriva des heures après , ils passèrent à table , firent une bénédicité et enfin mangèrent . Durant le diner Anastasie réfléchit comment elle allait aborder le sujet du Bal avec sa fille puis finit par demander d’un ton anodin :

-Dit moi ma puce pourquoi tu ne veux pas te rendre au Bal ?

Vieira soupira et répondit

-Maman on en avait déjà parlé

-Oui mais je pense que ça te ferai plaisir en plus c’est un nouveau lycée , l’occasion de se faire de nouvelles connaissances ma chérie

-Maman je partage ton avis mais aucun garçon ne m’adresse la parole en plus Glycane ne veut pas y aller

-C’est son Choix à elle qu’est-ce que toi tu veux ?

Elle tarda à répondre , Son père sentit une tentation entre les deux , prit la parole et dit :

-Ce que ta mère essaye de te faire comprendre c’est que même sans un garçon tu peux toujours t’amuser ne laisse pas les autres être maitre de ton épanouissement ni de tes choix . Si Glycane ne veut pas y aller alors trouve toi d’autres copines avec qui tu pourras t’y rendre .

Anastasie acquiesça ; tandis que Vieira songea à la suggestion que Glycane fit la dernière fois « c’est une parfaite idée espérons juste que Glycane soit de cet avis » puis elle répondit avec sourire

-C’est d’accord j’irai mais à une condition c’est moi qui choisira ma robe

-je t’accompagnerai faire les magasins affirma sa mère avec enchantement   

-d’accord ça marche

Cette soirée s’acheva avec des cœurs émerveillés mais Vieira continua à se dire qu’elle voudrai un cavalier pour une fois .

Le Lendemain comme chaque matin ils se séparèrent pour vaquer à leurs occupations ; Vieira pris Glycane en chemin pour aller au lycée comme coutume . Lorsqu’elles arrivèrent au bahut elles entendirent dire qu’il y’avait un nouveau dans le lycée mais personne ne savait exactement dans la classe où il se trouvait . L’heure Des cours sonna les élèves se rendirent dans leur classe distincte . Le professeur fit l’annonce d’un nouveau dans la classe tous étaient surpris et lors des présentations ils étaient absorbés par son allure charmeur sournois et mystérieux . le professeur lui demanda de venir se tenir devant la classe pour qu’on puisse mieux le voir , il croisa le regard de vieira , directement elle fixa autre chose ensuite il fit un léger sourire. Glycane aperçu ce petit manège et fit une moue sans parler .

Il fut le sujet de conversation durant toute la journée , à son retour il essaya d’interpeler Vieira mais cette dernière tout le temps attacher à Glycane puis attendit jusqu'à ce qu’elle soit véritablement seule pour l’aborder .

 

 

                                                                            3

                                  Glycane était encore convaincu jusqu’à l’apparition du petit nouveau qu’elle allait fuguer avec sa fidèle compagnonne , fut déçu par la tournure que prenait les choses car non seulement elle le trouvait prétentieux mais il voulait déjà la séparer de vieira alors elle nourrit un esprit de jalousie et commença à se conduire de façon suspicieux .

A La veille du bal Anastasie et Vieira se rendirent au centre-ville pour l’achat d’une robe de soirée ; elles entrèrent dans un magasin où les meilleurs robes se vendaient , pendant que la mère faisait la causette avec la propriétaire du magasin qui était l’une de leurs voisines , Vieira continua de se balader entre les rayons à la recherche d’une somptueuse robe qui la mettrait en valeur et rendra ce jour inoubliable ; tandis qu’elle marcha le nouveau de sa classe surgit derrière elle et chuchota à son oreille « le rouge t’ira à ravir » , d’un sursaut elle répondit en se retournant « merci ! désolé je ne savais pas que c’était toi »

-Non ne t’excuse pas c’est moi qui devrait car je t’ai surpris , comme ça tu fais des boutiques pour le bal ?

-Qu’est-ce qui te faire croire cela ?

-Tu n’as que touché des robes des soirée , alors à moins que tu ne te rendes à un mariage l’autre hypothèse c’est que tu te rendes au bal de printemps .

-Oui très bonne déduction , mais c’est pour faire plaisir à ma mère

-Je ne crois pas qu’on s’est réellement présenter moi c’est Alexandre et toi Vieira je suppose

-Oui exacte ! répliqua-t-elle avec un rougissement sur ses pommettes car ne se doutai pas qu’il pouvait se rappeler de son prénom

-Qui est celui qui a cette chance de t’accompagner ? ajouta-t-il sans prétention

Dans son étonnement elle lui répondit :

-On ira entre filles , est-ce obligé d’être perché au bras d’un homme ? Et d’ailleurs qui a institué qu’il faut avoir un cavalier pour aller au Bal , c’est aussi s’amuser avec ceux/celles qu’on aime et ouvert à toutes personnes qui aimeraient participer (…)

Croyant qu’elle était contrariée il l’arrêta entre ses mots et prit la parole rapidement en répliquant  « je ne voulais pas t’offenser c’était très indiscret je reconnais mais ta beauté a activé ma curiosité et je m’étais dit dans une petite ville comme celle-ci ce serait été mieux d’être accompagné mais si tu me dis tu es occupé (… )» .

Elle répondit en se hâtant « non ce n’est pas là où je voulais en venir , lorsque je suis stressé je parle beaucoup faut m’excuser » ensuite ils reprirent à parler posément , sa mère aperçut la silhouette d’un garçon interpellant sa fille , elle s’assura que c’était un adolescent ensuite elle continua de converser avec sa voisine qui ne cessa de commérer . De l’autre côté de la ruelle au travers de la vitrine Glycane aperçut Vieira et Alexandre en train de discuter , d’un air surpris , hésita de traverser pour aller les rejoindre ou de continuer son chemin sans dire mot ; Elle finit par traverser la route , entra dans le magasin , salua les dames au comptoir et se dirigea vers eux tout en conservant son air désinvolte et surpris . Dès qu’elle les vit , ignora Alexandre et dit à Vieira

-je retournais à la maison lorsqu’en chemin j’aperçois la voiture de ta mère garer devant le magasin et je me suis dit j’allais passer te dire bonjour!

Alexandra déçu de se faire interrompre , il la salua rapidement et dit à vieira « alors à samedi je passes te chercher à 19h » lança la main en signe d’au revoir et se dirigea vers la sortie . Par la suite Glycane marmonna « il n’était pas trop tôt » et ajouta « qu’est-ce qu’il te voulait l’autre prétentieux ? »

Vieira émoustillée par la nouvelle rétorqua « il vient à l’instant de me demander d’être sa cavalière c’est incroyable ! » , c’était un rêve qui venait de se réaliser pour la jeune fille , elle se précipita vers sa mère et se mit à sauter de joie « maman! j’ai un cavalier oui pour de vrai » . Anastasie cessa tout d’un coup sa causerie et s’investit à la tache pour lui trouver une sublime robe  .

Glycane éprise de jalousie , mécontente de l’intérieur se mit à faire du sarcasme à l’égard de Alexandre , vieira lui répondit

-Pourquoi le détestes-tu autant ?

-Il vient avec son air prétentieux nous ignore puis t’invite à peine avoir fait ta connaissance

-Je croyais que tu allais te réjouir pour moi tu sais combien je tenais à y aller

-Je suis très heureuse pour toi mais je croyais qu’on avait statué pour aller entre fille

-Ca ne modifie en rien la situation on sera ensemble tu le sais très bien

Elles poursuivirent leur programme , s’arrêtèrent un moment pour déjeuner , durant leur causerie Anastasie tourna le regard vers Glycane et observa la moue sur son visage sans dire un mot puis continua à écouter sa fille parler sans arrêt .

Cette journée s’acheva avec une immense joie pour certaines , vieira qui avait trouvé une sublime robe et un cavalier , sa mère joyeuse par la nouvelle se faisait moins de soucis , mais pour Glycane c’était une journée drastique elle décida de ne pas laisser quelqu’un se mettre au travers de cette amitié qui venait de naitre .

 

 

                                                                              4

                                      Le Jour de ce Fameux Bal tant attendu faisait son apparition ,  le comité d’organisation avait commencé à faire la mise en place depuis la vieille avec l’aide de quelques professeurs , la salle décorée avec amour , les tables classées et bien dorées , l’éclairage au point avec l’orchestre qui commençait à s’installer , chacun d’eux mettaient tout son cœur pour que ce soit une soirée mémorable .

Les habitants de TCHEUMENVILLE étaient très heureux de voir leurs enfants en joie ils prenaient des  photos pour marquer ce moment , certains avaient loué des voitures pour l’occasion , d’autres des limousines mais tous ignoraient le désastre qui se tramait .

L’heure approchait , Les plus ponctuelles firent leur entrée , pendant ce temps Glycane était parfaitement parée pour se rendre au lieu du bal mais décida de faire un détour chez les Anderson . Ses parents n’avaient pas connaissance qu’elle devait s’y rendre alors elle descendit tout doucement , se précipita vers la sortie sans dire au revoir , tout d’un coup sa mère vit le reflet de son ombre sur le parquet et dit « est-ce toi Glycance ? » en se levant du canapé pour vérifier si ce n’était pas une hallucination ; Lorsque Glycane sentit qu’elle approcha elle répondit

-oui c’est moi mère

-où vas-tu toute pouponnée ainsi ?

-Ca ne se voit pas ? Je vais au bal avec des copines dit-elle d’un ton arrogant

Sa mère ignorant son ton , elle se mit à pleurer de joie car sa jeune fille adoptive avait décidé de participer à une activité scolaire , appela son époux et dit « chérie rapporte l’appareil photo on prend quelques clichés de Glycane » sur le coup il ne comprit pas ce qui se déroulait , lorsqu’il se leva et rejoignit ces dames , alors il accourra prendre l’appareil et se mirent à la prendre en photo . il proposa de la déposer mais Glycane refusa car voulait uniquement partir avec Vieira .

De l’autre côté Vieira était déjà prête , ses parents avaient fait tellement de prises de photos qu’à un moment elle alla se réfugier où on ne la verra pas jusqu’à l’arrivée de Alexandre .

Glycane se rendit chez Vieira , sonna , sa mère tout enjoué , s’empressa croyant que c’était le jeune garçon mais s’aperçut que c’était sa fidèle copine et dit d’une haute voix « c’est Glycane ! » , Vieira sortit de sa cachette , alla au salon , étonnée de sa présence elle lui demanda posément :

-Qu’est-ce que tu fais ici ? Je croyais on devait se voir directement à la soirée

-Oui ! Je sais désolé de me pointer à la dernière minute mais mon père a eu une crevaison et je m’étais dit que tu pourrais me déposer . dit-elle de façon anodine

-T’inquiète pas ça ne me pose aucun problème c’est Alexandre que j’attends et ça me tire les nerfs

Sa mère entendit la conversation mais eu des doutes suite aux raisons de Glycane songea à ce qui c’était passer la dernière fois , trouvait ses comportements très étranges , peu cohérentes et remarqua qu’elle devenait de plus en plus coller à sa fille . Elle proposa aux deux filles de se réunir pour prendre quelques photos , au même instant Alexandre sonna , les présentations se firent d’une rapidité et le convoi s’en alla à leur BAL TANT REVER

Les invités arrivèrent peu à peu , la soirée débuta avec un discours fit par le Principal du Lycée les jeunes ne prêtaient aucune attention , la boisson , les apéritifs étaient leurs seuls captifs , ils ne voulaient que s’amuser alors il écourta son discourt et la musique commença à jouer .

Durant la soirée Vieira était attachée au bras d’Alexandre qui la faisait sourire avec ses nombreuses blagues , tandis que Glycane , dans coin de la salle , brulait de jalousie en les voyant autant se marrer sans elle alors elle décida de s’incruster dans leur conversation pour retirer vieira auprès de lui .

D’un geste brusque et intentionnelle Glycane renversa son verre remplit de boisson sur le veston de Alexandre pour le distraire , pendant que vieira s’excusa et essaya de l’aider à nettoyer , elle profita de cette distraction  pour verser une bonne dose d’amphétamine dans le verre d’Alexandre . ensuite elle dit « laisse le il va se dépatouiller , allons danser s’il te plait » ; il dit « Oui vas-y ne t’inquiète pas pour moi » .

Vieira toute joyeuse d’être au bal ne voyait pas ce qui se passait sous ses yeux . C’était un grand jour pour elle car rien que d’avoir ses copines et un cavalier au même moment , était un objectif atteint et rendait sa soirée inoubliable . Toute la soirée Glycane ne la lâcha pas d’une semelle pour ne guère donner l’opportunité à Alexandre de la lui reprendre à nouveau .  A chaque tentative d’approche Glycane faisait son possible pour s’éloigner avec vieira ,  Vieira abasourdit ne voyait toujours pas la trame autour d’elle .

Les Doses administrées ne faisaient pas effet , Alexandra ignorait complètement son ingestion . Dès qu’il vit vieira se diriger vers les toilettes sans sa copine il s’éclipsa de la causerie avec ses camarades pour la suivre,  et l’attendit à la sortie de celles-ci . En sortant elle le vit suspendu au mur et dit « qu’est-ce que tu fais là ? »

-C’est toi que j’attends

-Désolé pour l’incident de tout à l’heure je crois qu’on est plus sur nos pieds après ses tours de danses

-Ca se cautionne , est-ce que je peux avoir un peu de ton temps maintenant ?

-Oui bien évidemment

Il lui proposa d’aller marcher à l’extérieur pour discuter mais en vérité il voulut l’éloigner de sa grande amie chose réussit . Arrivée sur le parking il commença par lui conter sa vie avant d’atterrir dans cette petite ville puis lui demanda :

-Ca fait longtemps que tu résides ici ?

-Non ça fait quelques mois que je suis arrivé

-Donc tu es une nouvelle comme moi on ne dirait pas te voyant j’aurai cru que t’a grandi par ici car tu connais pratiquement tout le monde

-C’est normal c’est une petite ville il n’y pas grand-chose à faire à part de s’occuper des uns des autres

-Oui j’ai remarqué ça

-tu n’as pas encore rencontré la très chère madame Soutte .c’est notre journal de la ville

Ils se mirent à éclater de rire en continuant de marcher ; Des minutes après Glycane s’aperçut que l’un comme l’autre n’était plus dans la salle , se mit à les chercher et vit de loin leurs silhouettes Alexandre mettant sa veste sur l’épaule de vieira alors elle devint rouge de colère , ne voyant personne dans les environs , elle perça le réservoir à essence de l’une des premières voitures du parking et lança le briquet de son père adoptive pour que cela fasse une explosion .

N’apercevant pas l’action de Glycane derrière eux , les deux tourtereaux s’arrêtèrent en mi-chemin , Alexandre qui tenta de poser ses lèvres sur celles de Vieira , c’est à ce moment qu’il commença à ressentir un malaise , sans prêter attention il continua dans sa tentative mais se mit à tousser à plusieurs reprises , Vieira peinée par cet arrêt brusque , s’inquiéta et demanda « est-ce que tu vas bien ? » , le poison fit son action , le jeune garçon s’écroula et perdit connaissance , elle s’affola en hurlant « ALERTE !AIDEZ-MOI », dans la même foulée du temps l’explosion se déclencha et le feu se rependit jusqu’au pavillon près de la salle où la soirée avait lieu .

Lorsqu’un élève sentit la fumée il cria « AU FEU » , Les alarmes du Lycée se déclenchèrent , le principale monta sur l’estrade pour vouloir calmer les élèves mais c’était  LA PANIQUE TOTALE tous se précipitèrent vers la sortie , certains tombèrent d’autres se firent marcher déçu . Glycane n’avait pas prévu l’incendie du pavillon car voulait juste effrayer Alexandre , elle n’éprouva aucun remord rejoignit la foule pour ne pas éveiller les soupçons .

Les pompiers furent alerter , la police , tous se rendirent sur les lieux . sachant que c’était une petite ville L’information se rependit rapidement comme un virus tous les parents se précipitèrent au lieu de l’incendie , apeurés ne savaient pas ce qui venait de se passer , à cet instant leur primordialité étaient de retrouver leurs enfants sains et saufs .